top of page

Vous avez dit « IVG de confort » ?

Récemment, sur France Inter, il y a eu un grand moment de radio. Pascale Clark reçoit Louis Aliot, vice-président du FN. Elle le passe au grill comme elle le fait pour chacun de ses invités, opiniâtre et professionnelle, ne laissant jamais passer un copeau de langue de bois ou l’ombre d’une imprécision, d’une contradiction, voire d’un mensonge. Puis, elle en vient de la dernière prise de position de Marine Le Pen sur l’avortement, à savoir qu’elle supprimerait les remboursements de l’interruption volontaire de grossesse si des raisons budgétaires l’obligeaient à choisir entre des actes « indispensables » ou non. Louis Aliot est allé plus loin, en parlant « d’IVG de confort ». Pascale Clark lui demande : « pouvez-vous me regarder dans les yeux et réutiliser cette expression ? ». Aliot essaie de se débiner en se réfugiant derrière un professeur de médecine dont il n’aurait fait que reprendre cette expression. Et la conclusion de Pascale Clark tombe : « C’est dégueulasse ». Déclenchant évidemment la fureur de son invité. Pascale Clark a raison, infiniment raison : l’expression est dégueulasse, répugnante. Penser que des femmes choisissent d’avorter « pour leur confort » est l’expression la plus radicale que l’on puisse imaginer d’un mysoginisme moderne et, plus fondamentalement, d’un mépris de l’humain. Il ne faut pas être médecin pour savoir qu’un avortement est toujours un acte terrible et traumatisant pour la mère. On dira que Pascale Clark n’avait pas à porter un tel jugement, tenue par son devoir de réserve professionnel. Je ne suis pas d’accord : être journaliste, c’est aussi mettre en lumière les discours et les propositions politiques qui menacent la dignité humaine et la démocratie. Au contraire de ses collègues qui avaient laissé passer la scandaleuse phrase de Sarkozy, lors de l’affaire Clearstream, bafouant la présomption d’innocence et affirmant que « les coupables étaient devant le tribunal », Pascale Clark rappelle qu’être journaliste n’est pas seulement servir les plats à des représentants de commerce spécialisés dans les vents (malodorants).

0 vue0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Extrême droite : le miracle wallon ?

Partout en Europe, l’extrême droite fleurit, enfle, se banalise. Partout, sauf en Wallonie. On peut dire que le MR se droitise, mais à côté de ce qu’est réellement l’extrême droite, cette évolution n’

Et pendant ce temps-là, au Kurdistan…

La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait u

Art, responsabilité et liberté : merci joan baez

Vendredi dernier, j’ai eu la chance d’assister au concert de Joan Baez à l’Olympia. Si je vous avoue que, de toute ma vie, je n’ai pas été à plus de dix concerts non classiques, vous comprendrez que c

bottom of page