top of page

Le meilleur ami de l’Homme


François Fillon est vraiment le meilleur ami de l’Homme. S’indignant de ce que M. de Villepin osât s’indigner que son Maître et Président eût parlé de lui comme «coupable» et non comme «accusé présumé innocent», le Premier Ministre de Nicoland et Sarkozie a répondu : «dans cette affaire, il y a une victime principale, le président de la République. Et on ne doit pas transformer les victimes en coupables.» Il a tout à fait raison. Toute la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy a surfé sur la vague de la victimisation. Ce n’était plus Sarko, c’était Caliméro. Trop injuste…

Parce qu’aujourd’hui, comme le rappellent à merveille Caroline Eliacheff et Daniel Soulez-Larivière dans leur essai Le temps des victimes, il y a deux manières pour faire parler de soi : être sportif ou être victime. Nicolas Sarkozy est sans doute le premier à avoir réussi cette remarquable synthèse : il a fait de l’auto-victimisation un sport de haut niveau, et il a décoché la médaille d’or. Personne ne l’aime, c’est pour ça que les Français l’adorent. Tout le monde veut sa perte, grâce à quoi il triomphe. Et les victimes ont tous les droits, même celui de bafouer la justice. Ainsi, les parties civiles dans les procès demandent que l’accusé présente des excuses, ce qui est absurde puisqu’il n’a pas encore été reconnu coupable ; de la même manière, Sarkozy, qui contrôle le parquet et se constitue partie civile tout en bénéficiant d’une impunité totale, jette en pâture au public un ancien Premier Ministre. En d’autres époques, M. de Villepin aurait déjà été roué, dépecé, décapité et exhibé à la liesse populaire. Pendu à un croc de boucher, bien entendu. C’est vous dire combien M. Sarkozy est victime; il est obligé d’attendre la fin d’un simulacre de justice avant de mettre à mort ses opposants. Le pauvre…

2 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Extrême droite : le miracle wallon ?

Partout en Europe, l’extrême droite fleurit, enfle, se banalise. Partout, sauf en Wallonie. On peut dire que le MR se droitise, mais à côté de ce qu’est réellement l’extrême droite, cette évolution n’

Et pendant ce temps-là, au Kurdistan…

La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait u

Comentários


bottom of page