top of page

Les nouveaux appâts

Tout, tout de suite, Morgan Sportès, Paris : Fayard, 2011. 379 p. 20 €

Après le succès, en 1990, de son roman L’Appât, adapté par Tavernier, Sportès a imposé une manière très personnelle et particulière de traiter les “faits” — ce qu’il appelle un “conte de faits”. Il revendique haut et clair que ses livres, tous basés sur des éléments réels, sont des fictions et des romans.

Cette fois, il s’attaque à l’affaire sordide entre autres du “Gang des barbares”, l’enlèvement puis l’assassinat dans des conditions ignobles d’un jeune Juif des banlieues par une bande dirigée par un individu particulièrement dangereux. Mais ce que fait ressortir Sportès, à travers un compte rendu factuel et objectif, c’est que de telles affaires sont l’aboutissement de ce que Debord dénonçait déjà dans les années soixante : une civilisation du spectacle, de la déresponsabilisation et de l’aculturation. Sans éducation, sans repères, conduits par les drogues, des jeunes en arrivent à commettre l’irréparable. Une question cruciale à travers un livre qui se lit comme un polar.

3 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Commentaires


bottom of page