top of page

Cabinet de curiosités


L’acrobatie aérienne de Confucius, Dai Sijie, Paris : Flammarion, 2009. 251 p. €

Rares sont, aujourd’hui, les romans plus baroques que celui-ci. D’abord pour la période : le XVIe siècle. Mais pas le nôtre : tout se passe chez Sa Majesté empereur de Chine, Quinte Souveraine qui non content d’être le plus puissant, se veut multiple grâce à 4 sosies parfaits. Baroque encore, car par un effet d’écriture kaléidoscopique, Sijie fait tourbillonner son récit et le démultiplie à son tour, nous entraîne de Chine en Europe, où Rabelais s’interroge sur mes mystères érotiques d’une porcelaine chinoise, et en Afrique, qui crée la stupeur de l’Empereur chinois par la taille de certain attribut du premier Noir à mettre les pieds dans l’Empire du milieu, pour son malheur. Le monde découvre le monde, stupeur et tremblement, effroi, émoi, fascination. C’est fou, c’est drôle, c’est intelligent. Et on ne peut s’empêcher de s’interroger, à la fin du livre, sur les véritables priorités de ceux qui sont sensés gouverner le monde…

7 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comentarios


bottom of page